2è époque de la caricature, le 17è siècle

(en cours de rédaction)

2è époque:

les guerres du 16è, oppression seigneuriale

Le mot caricature apparait pour la première fois dans un recueil de dessins d’Annibale Carracci publié en 1646 par Mosini à Bologne. Carracci, ou Carrache défini la caricature comme “un art qui s’attache la figure humaine, et qui vise à divertir.”. C’est un plaisir pour lui et son entourage, sans autre but.

Ghezzi est le premier caricaturiste professionnel.

Les masques de théâtre ont permis au comique d’entrer dans les arts figuratifs.

Début 18è, la caricature après s’être propagée dans toute l’Europe, va se trouver un rôle social. Puis le siècle avançant, devenir de plus en plus critique. L’image sans parole révèle une nouvelle attitude face à la réalité. Et devient une arme politique avec Gillray.

Hogart lui cherchera la limite entre caractérisation et caricature, il est un moralisateur qui représente des groupes sociaux, la vie et les activités du peuple.

Le brun et Lavater: physionomies typiques, les passions, vices et vertus de l’âme s’exprimeraient dans les traits (mais comme on sait depuis Platon que vice et vertu n’existent pas). Ils crée la déformation de l’humain vers l’animal. Véritable morphing avant l’heure.

Révolution française: Camille Desmoulins et sa feuille Les révolutions de france et de brabant, remplie de vignettes caricaturales et un des pionniers de la satire politique. Mais c’est au 15e siècle en Allemagne que nait la satire politique, Sebastien Brant, humaniste strasbourgeois, dans la Nef des fous, témoigne d’un esprit de synthèse caractéristique, et sera très populaire. Mais les satires du début du 15è siècle vie essentiellement la vie quotidienne ou les folies humaines. La satire politique n’arrivera qu’à la fin de ce siècle avec la révolte contre l’église romaine.

Une foule de journaux se créent avec la liberté d’expression de 1789. La caricature devient l’arme favorite des partis rivaux afin de conditionner l’opinion publique.

Gillray est un caricaturiste conservateur anglais, il va amener son art à l’ultra-violence, mais pendant ce temps en France, la caricature disparait en même temps que la liberté nouvelle. Il faudra attendre 1830 pour voir le retour de la satire politique.

 

L’après Robespierre et sa période de terreur et marquée par l’envie de vivre. De nouveau on se moque des créations de la mode, la société étale ses plaisir, le diabolo et autres jeux; les parvenus républicains se jettent sur les tenues des Merveilleuses, même le marquis de Sade ne choque pas vraiment.

 

Page suivante : La 3è époque de la caricature